Orgue de Virieu
Accueil   St Joseph   St Antoine   St André    Voiron   Avenières   St Barnard   Marcillolles   Dolomieu  

L'orgue de Virieu

virieu.jpg GRAND ORGUE 54 notes POSITIF 54 notes
Flûte 16’
Gambe 8’
Plein-jeu
Tierce
Trompette 8’
Bourdon 16’
Principal 8’
Nazard
Dessus de Hautbois 8’
Flûte 8’
Prestant 4
Flûte 4’
Doublette 2’
Bourdon 8’
Voix Angélique 4’
Cornet
Dessus de Trompette 8’
Flûte 4’
Principal 8’
Salicional 4’
PEDALIER 18 notes
Contrebasse 16'
Bombarde 16'
Violoncelle 8'
Trompette 8'
Tambour 8'
Clairon 4'
Flûte 4'

Concert le samedi 14 mai 2016 à 20h30

Orgue: Pierre Giroud
Bombardes : Sylvie Lostec et Kakie Chiron Bard
Entrée : 12 €, gratuit pour les moins de seize ans
Historique Restauration

L’Orgue de l’église Saint-Pierre Saint-Paul de Virieu a été installé en 1884 sur la tribune actuelle. Il semble avoir été construit dès 1855 par le facteur Mayer pour la chapelle de l’École Vaucanson de Grenoble.

Les études lors des importants travaux de restauration permettent de penser que l'instrument actuel a certes utilisé l’orgue de Mayer de Vaucanson mais aussi a englobé un, sinon deux autres instruments, vraisemblablement du même facteur. Ainsi, le buffet du Grand Orgue semble avoir été élargi pour permettre l’insertion du buffet du positif de couronne qui était manifestement à l’origine un positif de dos ! La pédale, forte de 7 jeux, semble quant à elle avoir été destinée à supporter un instrument de nature différente (pression, composition...). Mais l’originalité de l’orgue, que nous voyons et entendons aujourd’hui est l’homogénéité de tous ces éléments d’origines diverses; le buffet d’une grande élégance, les trois plans rénovés d’une rare poésie.

Le mot restauration semble faible, face aux travaux réalisés par les facteurs d'orgue Dominique Promonet et Patrick Steinmann, et par M. René Micolle, en accord avec M. Aubry, technicien conseil des Monuments historiques. En effet, l’orgue a été reculé au fond de la tribune afin de pouvoir installer les claviers et le pédalier à une place plus orthodoxe que l’emplacement initial au cœur même de l’orgue. Tous les éléments de la mécanique furent revus de même que les 1.500 tuyaux environ. Il s’agit même d’une reconstruction quand on sait que l’orgue actuel semble n’avoir jamais été fini : seuls 5 ou 6 jeux sur les 26 étaient en mesure de sonner et un clavier était inutilisable.

Les deux facteurs Dominique Promonet et Patrick Steinmann pour la partie mécanique et René Micolle pour l’harmonisation nous livrent une réalisation qui justifie pleinement la confiance qui leur a été accordée. La poésie, la saveur, la plénitude des timbres de cet instrument en font une belle réalisation.